Une réalisation Urbain, trop urbain, commanditée par Bruno Latour et produite par le Festival La Novela :

L'objet...

L’installation Micromegapolis s'est tenue au Centre culturel Bellegarde (Toulouse) du 28 septembre au 12 octobre 2013 et a réuni un large public.

Le livre numérique interactif, pour iPad, était partie intégrante de l’installation artistique. Sur cette page, vous pouvez à présent le télécharger gratuitement.


En résumé...

Micromegapolis, “Lorsqu’une ville rencontre Gaïa” par Urbain, trop urbain (auteur/éditeur) et Bruno Latour (préfacier).


Au point de rencontre entre la petite et la grande échelle, Micromegapolis invite à prendre rendez-vous avec « Gaïa » – cette figure du présent, où la planète est soumise à l’activité humaine, elle-même dépositaire de l’avenir de la planète… Trois enquêteurs partent ici en éclaireurs à la recherche d’instruments scientifiques et techniques. Car il s’agit de mesurer l’incommensurable dépassement des humains par le cosmos, qu’on l’appelle globe, monde, environnement ou atmosphère... Ainsi parcourent-ils Toulouse, une ville qu’ils pensent d’abord ordinaire. Ils y découvrent finalement l’extraordinaire complexité des relations passionnées entre les humains et la Terre.

Alternant modélisations graphiques et références culturelles, ce conte scientifique instrumenté utilise une technologie innovante. Le code informatique est ici au service d’une articulation inédite pour un livre numérique. Pop-ups et hyperliens, graphiques et cartes dynamiques, sons et vidéos viennent documenter et augmenter le récit. Le lecteur peut ainsi varier ses approches pour découvrir et comprendre les témoins gaïesques venus se présenter à lui.


L’enquête Micromegapolis a été commanditée par Bruno Latour au collectif Urbain, trop Urbain, pour l’occasion composé de Matthieu Duperrex, Claire Dutrait et François Dutrait (Auteurs), Audrey Leconnetable (Graphiste) et Gwen Catalá (Développeur).



Urbain,trop urbain
Dirigé par Claire Dutrait et Matthieu Duperrex,
Urbain, trop urbain se propose depuis 2010 de saisir les métamorphoses actuelles de la ville par des pratiques artistiques et culturelles multiples et résolument subjectives, qu’elles soient poétiques ou réflexives.
Le collectif Urbain, trop urbain, à géométrie variable selon ses projets, nourrit son regard sur la ville en empruntant à l’analyse urbaine mais aussi à la géographie, la sociologie, la sémiologie et l’anthropologie. La diffusion de ses actions explore les possibles de l’édition numérique, que celle-ci passe par l’Internet, le livre numérique, le web-documentaire ou les réseaux sociaux.


Voyez aussi en ligne:

Notre mini-site de favoris et notre compte Twitter